Bitcoin et Blockchain, de quoi on parle ?

« Bitcoin », « blockchain », « minage »… Vous avez entendu ces mots barbares sans y rien comprendre ?

Vous feriez mieux de vous y intéresser, car vous en entendrez de plus en plus parler !

Mais c’est très simple en réalité, vous allez voir.

blockchain

La prochaine révolution après internet 

Comme internet avant elle, la blockchain va révolutionner des pans entiers de l’économie.

Un peu comme la carte de crédit a révolutionné les paiements dans les années 1970.

Comme pour ces deux innovations radicales, beaucoup sont aujourd’hui sceptiques face à la blockchain.

Mais il s’agit là encore d’une véritable disruption (une rupture technologique, une innovation radicale).

On parle ici, dans un horizon plus ou moins proche, d’une technologie qui révolutionnera :

  • La banque, les paiements et transferts d’argent
  • L’assurance
  • La santé
  • L’énergie
  • La distribution
  • Le stockage de données
  • Etc, etc

Il s’agit d’une révolution touchant TOUTE l’économie.

Cette technologie intéresse les gouvernements pour la sécurisation des impôts, les banques pour les transferts, les universités pour authentifier les diplômés…

Consacrée Mega-Trend (« Grande Tendance ») par le Forum économique mondial, ce dernier estimait dès 2015 que cette technologie stockera aux bas mots 10% du PIB mondial d’ici 2027. [1] 

Les estimations actuelles sont bien plus élevées !

Les perspectives de croissance offertes par la technologie blockchain sont énormes.

Mais savez-vous comment fonctionne la Blockchain ?

Le bitcoin, est une cryptomonnaie (c’est-à-dire une monnaie cryptée).

La blockchain, c’est une technologie de stockage et de transmission d’informations.

C’est donc grâce à la blockchain que les crypto-monnaies se sont développées.

Le bitcoin n’est que la première d’entre-elles.

Comme son nom l’indique, la blockchain désigne une chaîne de blocs de données (block-chain) regroupant toutes les transactions passées.

Prenons un exemple :

Lorsque vous faites un achat en ligne, des informations transitent entre votre banque et le site où vous avez effectué l’achat.

Avec la blockchain ces informations ne sont stockées dans aucun serveur privé mais dans un registre immatériel accessible à tous.

Il n’est donc pas possible de cacher ou déplacer quoi que ce soit.

Or, avec la blockchain tout fonctionne en toute transparence et en toute sécurité, car les transactions passées sont intouchables et accessibles à tous.

Comme l’écrit l’informaticien et mathématicien Jean-Paul Delahaye du CNRS, pour se représenter la blockchain, il faut s’imaginer :

« un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible »

Le rapport de l’Institut Sapiens consacré au Bitcoin la définit ainsi :

« Blockchain est un réseau en accès libre sur lequel quiconque peut réaliser des transactions infalsifiables, enregistrées publiquement dans un registre immuable »
 

Comprendre la Blockchain, c’est comprendre les crypto-monnaies

Pour comprendre la valeur du Bitcoin il faut comprendre d’où il vient.

On ne creuse pas dans des mines pour extraire le Bitcoin, on le « mine ».

Ce procédé est tout aussi complexe que l’extraction de l’or.

De la même façon que seules de très grosses entreprises arrivent à extraire le précieux métal de manière rentable, « miner » du bitcoin coûte cher et n’est pas à la portée de tous (techniquement oui, mais dans la pratique il est difficile d’être rentable).

Le « minage » est une étape de la blockchain, comme on le voit sur leschéma ci-dessous :

blockchain bitcoin minage cryptomonnaie

Le « minage » c’est l’étape 3, qui consiste à valider les blocs par les nœuds du réseau.

Les nœuds du réseau, ce sont les maillons de la chaîne sur lesquels interviennent des « mineurs », les informaticiens qui créent les maillons de la chaîne.

Concrètement, le minage consiste à réaliser des calculs par ordinateurs pour vérifier les transactions d’un bloc par rapport aux données transmises et aux données existantes.

Conséquences du « minage »

Ce procédé va être réalisé simultanément par des dizaines de milliers d’acteurs partout dans le monde.

Ce n’est que comme cela que la validité d’une transaction est acquise.

En effet, le risque était trop grand de voir des hackers et autres individus malveillants chercher à tricher, voler ou créer artificiellement de la monnaie virtuelle.

Mais pour « miner » du bitcoin, il faut disposer d’ordinateurs ultra-puissants.

Car ce procédé est répété pour chaque transaction !

En chine, il existe de véritables « fermes à bitcoin » ou « mines à bitcoin », rassemblant des milliers d’ordinateurs dédiés exclusivement à cette tâche de calcul.

Cela a 2 conséquences :

  • Certains considèrent le bitcoin comme écologiquement néfaste car ces vastes réseaux de super-ordinateurs nécessitent d’importantes quantités d’électricité pour fonctionner [2]
  • Les décisions du gouvernement chinois de réguler ces fermes ont un fort impact sur les cours des cryptomonnaies [3]

L’avantage de la blockchain est de se passer d’intermédiaire 

C’est en cela qu’elle représente le futur.

La blockchain a cela de révolutionnaire qu’elle est 100% transparente et indépendante : [4]

  • Tout un chacun a accès à la blockchain : c’est la transparence absolue
  • Mais personne ne la contrôle car elle est décentralisée : c’est l’indépendance absolue

Elle est aussi 100% autonome.

Prenons un exemple :

Si Amazon révolutionnait l’achat de livres en supprimant un intermédiaire (le libraire), la blockchain permettra de se passer de TOUS les intermédiaires pour acheter directement à la maison d’édition en toute autonomie !

De la même manière, les banques centrales et privées deviennent (quasiment) inutiles car leur rôle de sécurité est remplacé par un code complexe disséminé à travers tous les utilisateurs.

C’est en cela par exemple que le bitcoin est la première alternative crédible aux monnaies étatiques traditionnelles : pas de risque d’inflation ou de dévaluation monétaire !

Comme le souligne le spécialiste français du Bitcoin, Philipe Herlin, dans son livre J’achète du Bitcoin :

« S’il devait y avoir une nouvelle crise bancaire, comme en 2008, ou si des banques en faillite se mettent à ponctionner les comptes, comme cela s’est passé à Chypre, effectivement ceux qui auront des Bitcoins seront protégés »

Ce qu’il faut retenir :

  • Bitcoin et blockchain sont intimement liés
  • La blockchain assure l’indépendance et la traçabilité du bitcoin.

C’est la révolution internet d’aujourd’hui

Hier, les entreprises comprenaient le potentiel de croissance offert par internet.

Aujourd’hui, la quasi-totalité des grandes entreprises ont sauté le pas et investissent ou développent des plateformes qui acceptent ou utilisent la technologie blockchain.

Comme de nombreuses disruptions que nous avons vécu avec Internet, il s’agit de décentraliser l’information pour renforcer le système.

Pensez à Wikipedia !

Avant son apparition, qui aurait imaginé qu’une encyclopédie pourrait être construite par le bas et devenir une bibliothèque de savoir aussi complète ?

Comme le résume Philipe Herlin dans son ouvrage de référence J’achète duBitcoin :

« On peut construire tout un tas de services autour [de la blockchain], donc c’est un changement de paradigme, un peu comme Internet a révolutionné le monde économique. »

Le problème des cryptomonnaies est qu’elles servent aujourd’hui quasi exclusivement à la spéculation.

Les échanges de gré à gré pour du commerce standard représentent une fraction de l’utilisation effective.

Mais c’est bien normal pour une technologie et un marché qui sont encore jeunes !

Par ailleurs, leur accès se démocratise.

Lorsque le monde comprendra leur potentiel, au même titre qu’internet, et que le marché sera mature, les prix vont flamber !

Ce qu’il faut comprendre :

  • Aujourd’hui la volatilité record en effraie plus d’un.
  • Investir dans les cryptos est risqué et demande du courage et de grandes connaissances.
  • Mais c’est dans ce contexte que l’on peut faire des affaires, pas lorsque le marché se sera structuré !

En somme, les cryptos peuvent rapporter très gros mais demandent d’avoir de bonnes informations et des nerfs d’acier.

Si l’on est bien accompagné il est cependant possible de faire de belles affaires !

Sources

[1] http://www3.weforum.org/docs/WEF_GAC15_Technological_Tipping_Points_report_2015.pdf

[2] https://www.institutsapiens.fr/bitcoin-totem-et-tabou/

[3] https://www.lesechos.fr/16/01/2018/lesechos.fr/0301129195928_le-bitcoin-est-il-vraiment-une-plaie-pour-la-planete–.htm

[4] https://www.lesechos.fr/11/01/2018/lesechos.fr/0301132533964_cette-nuit-en-asie—la-chine-veut-debrancher-les—mines—a-bitcoins.htm

Le Bitcoin, cette arnaque !

Le Bitcoin est utilisé pour vendre des armes ou acheter de la drogue. Le Bitcoin est un ponzi, une véritable arnaque, peut-être la plus grosse du monde. Voici quelques préjugés que vous entendrez autour de vous lorsque vous parlerez du Bitcoin à vos proches. Alors décryptons tout cela.

Les exemples de personnes devenues millionnaires grâce aux crypto-monnaies sont légions et font saliver.

Mais il ne faut pas pour autant perdre de vue que beaucoup y ont perdu des sommes considérables !

Durant la ruée vers l’or du Bitcoin, quelques personnes ont même misé toute leur retraite sur le Bitcoin avant sa chute début 2018.

Certains ont perdu 40 à 50% de leur économies – soit qu’ils aient acheté trop tard, soit qu’ils aient vendu trop tard.

Il s’agit là d’une erreur de jugement que l’on peut faire sur tous les marchés.

Pourtant, si le prix du Bitcoin fluctue, il reste un produit technologique de grande valeur.

Pourquoi ?

Parce qu’il offre des perspectives réelles en tant qu’alternative aux monnaies traditionnelles, mais aussi en tant que réserve de valeur.

Ce n’est donc pas le danger bien connu lié à la volatilité des crypto-monnaies que je souhaite mettre en avant ici, mais bien les escroqueries traditionnelles qui ont proliféré sur le dos des crypto-monnaies.

Les 3 pires arnaques

Lire la suite